Chanvre bio
Chanvre cannabis biologique
Fruits bio antioxydants naturels puissants baobab goji

Le chanvre

Le chanvre est un produit d’innovation en plus d’être écologique et économique. La demande grandissante du béton de chanvre dans la construction, et plus particulièrement les locaux d’habitation, a nécessité la mise en place de recommandations professionnelles définissant les règles d’utilisation et d’exécution de ce matériau associant un granulat végétal et un liant.

Petit historique

Depuis les années 60, l’industrie des fibres est dominée par les fibres synthétiques (polyester, polyamide, …) au détriment des fibres naturelles. Ces dernières regroupent les fibres animales (laine, alpaga, angora, …) et les fibres végétales (coton, lin, chanvre, …). La FAO (Food and Agriculture Organization of the United Nations) souhaite sensibiliser les consommateurs à la qualité des fibres naturelles végétales, ce qui permettrait d’accroître les revenus des paysans. Elle souhaite également promouvoir des mesures améliorant l’efficacité et la pérennité de la production. En Europe, les fibres végétales connaissent un regain d’intérêt depuis une dizaine d’années. Le contexte économique (recherche de réduction des coûts des matières) et environnemental (réduction des impacts des produits industriels sur l’environnement) a permis l’émergence de nouveaux débouchés pour ces fibres : transport (automobile et nautisme), construction (isolation, aménagement…), agroalimentaire (emballage), agriculture (paillage, feutres pour culture hors sol). Les secteurs plus traditionnels comme le textile et la papeterie sont ainsi relégués au second plan. L’ADEME a d’ailleurs fait de l’utilisation des fibres végétales dans le secteur industriel un axe important de son travail, et soutient la recherche et le développement dans ce domaine.

Qu’est-ce que le chanvre ?

Le chanvre est une plante extraordinaire que nous sommes en train de redécouvrir et qui est aujourd’hui cultivée en France. Elle pousse vite, sans engrais, produit beaucoup et n’abîme pas les sols. Traditionnellement, on se servait du chanvre pour faire des cordages, mais aussi des vêtements (comme les premiers jeans !).

Maison construite à base de béton de chanvre bio

Maison construite à base de béton de chanvre bio

Les caractéristiques du béton de chanvre

Comme un béton traditionnel, le béton de chanvre est issu d’un savant mélange entre différents produits. Ses caractéristiques et ses applications dépendent du dosage de chaque produit. Le mélange contient une chaux spécifique, de la chènevotte (partie cellulosique du chanvre) et de l’eau. La chaux employée est composée pour la majeure partie de chaux aérienne, puis de chaux hydraulique et de pouzzolane (poudre de roches volcaniques). Selon les proportions de chaux et d’eau, le mortier sera destiné à différentes utilisations : isolation en toiture, remplissage de structure porteuse, montage de mur, réalisation de dalle isolante ou d’enduit décoratif et isolant. Les performances mécaniques, acoustiques et thermiques varient également en fonction du mélange utilisé. Il est donc possible d’opter pour telle ou telle formulation afin de répondre à un objectif précis. La chènevotte possédant une porosité très élevée (de l’ordre de 60 %), les performances des mortiers restent cependant d’un très bon niveau, quel que soit le mélange.

Bonne absorption acoustique donc, bonne conductivité thermique mais également forte capacité à réguler les taux d’humidité de l’air ambiant ce qui apporte un réel confort à l’intérieur des bâtiments, aussi bien l’été que l’hiver. Des essais ont été effectués pour comparer le béton de chanvre à des bétons plus traditionnels : béton cellulaire et briques alvéolées en terre cuite de type Monomur. Il en résulte que l’isolation thermique est supérieure avec le béton de chanvre, alors même que les conductivités de ces matériaux sont proches. La différence s’expliquerait par le fait que le chanvre est capable d’absorber davantage d’humidité.

Mise en œuvre

Le béton de chanvre peut être utilisé traditionnellement en remplissage dans des coffrages et plus récemment projeté mécaniquement par voie sèche sans coffrage, afin de réaliser des murs intérieurs ou extérieurs, au moyen d’une pompe à béton qui incorporera une faible quantité d’eau à la sortie de la lance afin de limiter le retrait. L’épaisseur du béton de chanvre sera fonction du niveau d’isolation à atteindre.

Le béton de chanvre convient pour bien d’autres applications : conception de murs ou de cloisons lorsqu’il est associé avec une ossature bois, contribué à l’isolation d’une toiture ou à la réalisation d’une dalle isolante, être appliqué comme un enduit décoratif intérieur (esthétique et isolant). En outre, le béton de chanvre apporte une bonne inertie à la maison et permet donc de réaliser des économies d’énergie.

Acheter du chanvre biologique et des aliments riches en antioxydants naturels puissants pour la vitalité du corps et de l’esprit sur Biologiquement.com, la boutique en ligne de la Société AGOJI : produits bio

Pas encore de commentaire

Construire et rénover aujourd’hui pour demain

La lutte contre le réchauffement climatique est un défi majeur du XXIème siècle. Tous les experts s’accordent pour penser qu’il ne pourra se gagner sans remettre en cause fondamentalement les activités humaines et en premier lieu tout ce qui touche à la construction et à l’habitat.
En France, le Grenelle de l’environnement, au-delà de la prise de conscience qu’il a largement suscité, ne s’y est pas trompé en consacrant le Chapitre 1 de la loi du 21.10.2008 à la performance énergétique des bâtiments et en fixant des objectifs ambitieux : entre autre, tous les bâtiments construits à partir de 2020 devront présenter un bilan énergétique positif.
Dans ce contexte, les « solutions chanvre » s’inscrivent dans une nouvelle pensée de la construction et proposent des réponses globales et adaptées à des problématiques complexes.

Construction d'une maison en chanvre bio

Construction d’une maison en chanvre bio

La place de matériaux « biosourcés » et les performances du chanvre

Le choix des matériaux va d’autant plus se répercuter sur le résultat global que l’on s’oriente vers de hauts niveaux de performances pour le bâtiment. Et il est indispensable d’avoir une approche totalement nouvelle de l’évaluation de la qualité des matériaux en prenant en compte la globalité de leurs performances et des incidences à long terme.
Les vertus des matériaux d’origine végétale – matériaux « biosourcés » – y trouvent toute leur expression. Parmi eux, les matériaux chanvre tiennent une place primordiale, grâce aux spécificités de leurs production et à leurs performances : intrinsèques.

Performances techniques

Qu’il s’agisse de mécanique, de thermique, d’acoustiques ou de durabilité, les matériaux à base de chanvre sont dimensionnés pour répondre à toutes les exigences indispensables à la construction d’ouvrages de qualité.
De plus certaines de leurs caractéristiques, permettent d’apporter des solutions pertinentes dans de nombreux cas. Par exemple, la capacité de déformation des bétons de chanvre répond aux exigences des structures bois que se soit en rénovation (remplissage de colombages, plancher structure bois…) ou en construction neuve (remplissage de construction à ossature bois, avec possibilité d’enduit…)
Autre exemple, le fonctionnement hygrothermique des enduits de mortier de chanvre peut être une solution adaptée pour améliorer efficacement la consommation d’énergie des bâtiments anciens.
Enfin, le chanvre et les produits qui en sont issus ont toujours été reconnus pour leur résistance et leur durabilité (voir : Chanvre, production, filière). Les matériaux de construction n’échappent pas à cette réputation ce qui influence favorablement les autres performances des matériaux chanvre.

Acheter du chanvre biologique et des aliments riches en antioxydants naturels puissants pour la vitalité du corps et de l’esprit sur Biologiquement.com, la boutique en ligne de la Société AGOJI : produits bio

Pas encore de commentaire

Associé à une ossature bois, le chanvre – sous forme de béton de chanvre banché ou de briques à maçonner – est un matériau chaleureux pourvu de bonnes performances écologiques

Chènevotte et fibre

Contrairement à d’autres matériaux écologiques comme la terre crue, le bois ou la paille, l‘utilisation du chanvre dans la construction est assez récente et débute en France dans les années 1980. On utilise d’abord la chènevotte, résidu de la paille de chanvre après défibrage. Les petites paillettes de chènevotte sont mélangées à de l’eau et à de la chaux dans une bétonnière ou dans un mélangeur spécial. Une fois qu’elle a fait sa prise, la chaux assure une sorte de minéralisation de la chènevotte et lui apporte ses qualités fongicides et antiparasitaires.
Le chanvre textile est une plante peu exigeante, capable de produire une biomasse très importante dans des terres ingrates avec très peu d’intrants et d’arrosage et sans protection phytosanitaire. Seule la transformation (défibrage et dépoussiérage) est un peu énergivore, mais on peut valoriser un grand nombre de sous produits. Les fibres longues et très résistantes de la périphérie de la tige permettent d’obtenir d’excellents isolants (laine de chanvre), ou sont utilisées par la filière textile (vêtements, sacs…) ou encore pour fabriquer des papiers spéciaux. La chènevotte brute fournit aussi un isolant en vrac économique, de la litière pour l’élevage ou un paillage couvre-sol pour le jardinage. Quant aux graines, on en tire une huile aux intéressantes propriétés diététiques et cosmétiques… Un bilan écologique très flatteur.

Bloc d'isolant naturel à base de chanvre bio

Bloc d’isolant naturel à base de chanvre bio

Béton allégé

En construction, la chènevotte a donc d’abord été utilisée pour le montage de murs en “béton allégé”, mélange de chanvre et de chaux utilisé comme matériau de remplissage avec une ossature bois, laquelle peut rester apparente ou être noyée dans la maçonnerie. Le béton de chanvre est également recommandé pour la rénovation de maisons à colombages en remplacement des torchis traditionnels. Contrairement au béton de ciment classique, sa perméabilité à la vapeur d’eau lui permet d’assurer une très bonne gestion de l’hygrométrie sans VMC.

A partir de 25 cm d’épaisseur, le béton de chanvre constitue des murs à isolation répartie très performants, sans ponts thermiques et dotés d’une bonne inertie. Les dosages préconisés varient selon les fournisseurs ; la chaux est en majorité aérienne mais toujours avec un complément de chaux hydraulique, parfois de pouzzolane. Le mélange est déposé entre des banches (planches de coffrage) d’où le nom de chanvre banché. Une fois le coffrage enlevé et le béton bien sec, on le protègera avec un enduit traditionnel sable et chaux à l’extérieur, qui peut être remplacé par du plâtre ou un enduit terre à l’intérieur.

Le béton de chanvre permet également de réaliser des chapes isolantes sur terre-plein avec drainage et hérisson de gravier ventilé (voir à ce sujet le livre de Jean-Pierre Oliva, L’isolation écologique, aux éditions Terre vivante).

Blocs de chanvre

Le maniement du béton de chanvre ne s’improvise pas, une formation spécifique s’impose préalablement. L’association Construire en chanvre a établi des règles professionnelles en collaboration avec les ministères de l’Agriculture, de l’Equipement, et l’agence Qualité construction.
La mise en œuvre du béton de chanvre pose parfois des problèmes de séchage si la construction se fait en période froide et humide. Rien de tel avec les blocs de chanvre, proposés depuis peu par deux fabricants, l’un en Isère, l’autre en Bretagne. L’automatisation de la fabrication et le séchage sur le lieu de production assurent une production homogène et bien sèche. Les blocs se montent à joints croisés avec un mortier de chaux et une truelle crantée spéciale, là aussi en remplissage d’une ossature bois. Les occupants de maisons en chanvre apprécient particulièrement le confort thermique, acoustique et hygrothermique qu’apporte ce matériau naturel et recyclable.

Acheter du chanvre biologique et des aliments riches en antioxydants naturels puissants pour la vitalité du corps et de l’esprit sur Biologiquement.com, la boutique en ligne de la Société AGOJI : produits bio

Pas encore de commentaire

Le chanvre fait un retour en force dans la construction des nos maisons écologiques (habitat sain, passif, à faible impact écologique).

Histoire

La construction en chanvre a commencé en France il y a presque vingt-cinq ans. C’est un voisin de La chanvrière de l’aube, Charles Rasetti, maître-maçon et bâtisseur travaillant à ce moment pour Mon Logis, qui eut l’idée et la superbe intuition d’utiliser la chènevotte, la partie intérieure de la paille de chanvre, dans la construction.
Charles Rasetti comprit que la nature très hydrophobe de la chènevotte poserait problème avec des liant hydrauliques et il chercha à l’imperméabiliser avec une technique utilisée dans son Italie natale pour le bois : l’imprégnation avec des silicates de sodium ou de potassium. Cependant ce procédé était relativement coûteux mais surtout il ne permettait des résultats totalement fiables.
Après quelques années et chantiers de construction, un artisan du nom de Yves Kühn se lança dans la mise au point un procédé de construction à partir de la matière agricole brute, pour construire des maisons entièrement en chanvre, à un coût accessible.
Il appela son procédé Canosmose: “CAN”, pour cannabis et osmose, pour les échanges à tous les niveaux. La haute teneur en silice de la chènevotte, alliée aux capacités de cristallisation du procédé Canosmose, confère au mélange des qualités constructives globales.
À partir de 1993-1994, plusieurs chantiers furent réalisés du sud-est de la France à la Bretagne, en passant par plusieurs autres régions. Nous pouvons construire des maisons entièrement en chanvre: murs extérieurs, doublage de toiture, cloisons et dalles d’étage phonique, ainsi que la dalle de rez-de-chaussée. L’architecture de ce type de construction est vraiment d’une simplicité organique.
L’ossature bois est le squelette de l’édifice: système poteau-poutre avec bois intermédiaire pour fixer les banches, ou ossature bois à l’américaine.
Le béton de chanvre, est le muscle, la chair de l’édifice: véritable enveloppe protectrice dynamisante et respirante qui noie et enveloppe l’ossature.
Et comme pour les êtres vivants, il y a le derme et l’épiderme: les finitions qui protègent et favorisent les échanges. Les finitions peuvent être très variées et sont souvent issues de longues traditions de savoir-faire et de techniques subtils (le bois, les enduits).
En restant dans cette simplicité, les possibilités de créativité architecturale sont immenses; le matériau béton de chanvre coffré est superbe pour créer des architectures tout en courbes aux ondes de formes bénéfiques. L’ossature sert pour installer le coffrage d’une façon simple et où l’on viendra déposer le béton de chanvre par couches successives et tasser à l’aide d’un peigne étroit.
Cet art de bâtir apporte une unité constructive sans pont thermique, ni phonique, une maison tissée à la main. D’un seul acte, on crée un cocon, une coque monolithique, qui devient un véritable poumon harmonisant et régulant les variations thermiques.
On aborde ici un autre type de construction qui ne se raccorde plus au concept de l’isolation dans le sens de se couper de l’extérieur, de contenir hermétiquement de l’air à chauffer ou à refroidir. On parle plutôt de régulation thermique et hygrométrique qui est vraiment très dynamique tant pour le chaud que pour le froid.
Les qualités du béton de chanvre peuvent aussi être appréciées en rénovation pour niveler un plancher ou refaire ou finir les murs en enduit texturé de chanvre (support compatible; baguette à plâtre, béton, pierre, etc…), ou encore, en doublage de toiture ou de comble.
Le béton de chanvre se réalise par le malaxage de ses constituants. Le malaxeur est l’outil qui a été expérimenté et éprouvé à cet effet, car il permet de bien mélanger ce matériau qui est léger sans avoir à humidifier en excès. Les éléments qui s’unissent dans le mélange sont issus de longues traditions et de savoir-faire universels très répandus sur la planète.
“En partant du D.T.U. 26.1 (mai 1990), l’alliance plâtre gros (gypse pur sans adjuvant) et chaux aérienne naturelle C.A.E.B. (qu’on appelle aussi chaux hydratée), concernant les enduits traditionnels, est adaptée au besoin du chanvre (chènevotte) dans les situations voulues (…) La chaux aérienne a une action fongicide et répulsive pour les animaux et conduit le mélange à sa pétrification”.
La chènevotte est obtenue par défibrage mécanique. Au Canada, cette matière première est disponible chez nos voisins ontariens qui ont des installations pour la transformation. C’est depuis 1998 que nous pouvons de nouveau cultiver le chanvre au Canada moyennant un permis et certaines conditions de la part de Santé Canada. Au Québec, on cultive principalement le chanvre pour le chènevis (la graine), qui a des débouchés alimentaires et cosmétiques.

Isolant naturel à base de chanvre bio

Isolant naturel à base de chanvre bio

Avantage de la filière

L’utilisation du chanvre valorise et créé un pont entre l’agriculture et la construction. C’est une culture annuelle généreuse et abondante: culture non-irriguée, ne nécessitant pas d’apport chimique, d’une vitalité et d’un équilibre où n’interviennent pas les produits phytosanitaires, pesticides et insecticides.
La rapidité de son développement ne laisse pas de place aux dites mauvaises herbes. Son implantation améliore notablement les structures du sol et le nettoie. Une bonne gestion et l’utilisation de toutes les parties de la plante en font une culture dynamique écologique d’avenir: papier plus écologique, textile, médecine, alimentation, construction, etc…

Développement de la filière

Des initiatives se développent pour créer des filières courtes en vue de développer la culture et l’utilisation du Chanvre.
Lo Sanabao [1] est une action collective dans le cadre des CIVAM (Centres d’initiatives pour valoriser l’agriculture en milieu rural). l’objectif est de construire une filière locale courte de valorisation du chanvre, en particulier de produire du chanvre utilisable dans le bâtiment autour d’un cahier des charges, d’une structuration de la vente et de l’amélioration des connaissances techniques par la formation.

Association Chaux-Chanvre

Béton de chanvre

Le béton de chanvre est un mélange de bois de chanvre (chévenotte) et de liants naturels (la chaux par exemple). Il est utilisé tant pour élever des cloisons (porteuses ou non) que pour réaliser une dalle destinée à être carrelée ou revêtue de parquets en bois.

Murs porteurs

Plusieurs possibilités existent pour remplir une structure porteuse en bois avec du chaux-chanvre.
La technique du banchage est beaucoup utilisée. Il s’agit de couler un mélange de chaux-chanvre entre des pièces de bois. On peut utiliser la technique du lattis; ce sont des lattes qui retiennent le mélange. Elle est plus isolante, il y a moins de retrait donc pas de fentes d’air au contact du bois et elle est plus facile à faire qu’avec les banches à visser/dévisser.

Murs cloisons

Il existe également des blocs tout faits de chaux-chanvre, des blocs de chanvre supprimant les temps de séchage sur chantier.
Le bloc “Chanvribloc” est un élément de construction plein à isolation répartie. Son lambda est de 0,07. Il est constitué de “chènevotte” et de chaux naturelles sans adjuvant. Il est utilisé pour la construction de murs associés à une structure poteaux poutre placée à l’intérieur du bâtiment (pour une suppression totale des ponts thermiques). Il est aussi utilisé en isolation extérieur et intérieur.
Le bloc “Easy-chanvre” est un élément de construction d’isolation non porteur constitué de chènevotte et de chaux (85% de chaux aérienne et 15% de chaux hydraulique). Comme ils sont non-porteurs, c’est bien la structure en bois qui doit être porteuse. Deux cheminées verticales de 7 x 17 cm (ou 17 x 17 cm pour les blocs corniers) sont ménagées dans chaque bloc afin de recevoir les éléments d’ossature en bois.
On peut aussi préfabriquer des éléments (principalement des murs) à l’usine et les assembler en chantier. La préfabrication présente plusieurs avantages.

Dalles (sols isolants)

Ce procédé est utilisé principalement pour la réalisation de chape isolante, légère et résistante, en rez de chaussé ou pour un sous-sol avant de dresser les murs de la maison. Il doit être réalisé sur une surface délimitée par les murets (socles de la construction). Un hérisson de galets est d’abord réparti sur le sol pré nivelé, ceci afin de permettre l’aération de la dalle ainsi qu’un drainage des eaux de ruissellement (et l’installation aussi des canalisations de l’habitation), évitant ainsi les remontées d’humidité. Ce hérisson est constitué de galets de 6 à 15 cm de diamètre (les gros d’abord, puis les plus fins) sur une épaisseur de 20 cm environ (selon nature du sol); une fois installé, il est nivelé. Vient ensuite la dalle coulée en deux temps pour un bon tassement des matériaux. L’épaisseur totale conseillé de la dalle est de 15 cm. Le mélange de la chaux et de la “chènevotte” se fait dans un malaxeur (plus pratique et moins bruyant qu’une bétonnière). Pour les dosages pour couvrir 2,8m2 sur 7,5 cm d’épaisseur compter : 100 litres de chènevotte, 20 litres d’eau, 30 litre de sable de pierre ponce, 20 litres de chaux aérienne. Le sable de pierre ponce amplifie la carbonatation (réaction chimique de la chaux) et donc fortifie la structure. Comptez environ 200 euros pour 10 tonnes de galets couvrant 50 m2 avec les drains agricoles. Pour la même surface ajoutez 1460 euros de dalle chaux:chanvre. La première passe est réalisée par morceau de 1 m x 1 m puis tassée à coup de dameuse et laissée séchée durant 48 heures. La seconde passe est mise à niveau à l’aide de lampourdes et d’une dameuse plus petite. L’ensemble sèche en trois semaines environ entre 15 et 20°C.

Enduit au chanvre

Cette section est vide ou n’est pas assez détaillée, votre aide est la bienvenue !
Association d’un liant (terre, chaux aérienne [on y adjoint parfois de la chaux faiblement hydraulique],…) d’eau et de chanvre. Apprécié pour sa capacité d’isolation thermique. Il existe différents types de finition. On peut pigmenter dans la masse ou juste dans la couche de finition s’il y en a une.

Autres utilisations du chanvre en construction

Isolation phonique et thermique

Caractéristiques

C’est un bon isolant thermique et phonique (conductivité thermique variant de 0.039 à 0.048 W/(m.K) suivant le produit. Le chanvre est stable dans le temps, il ne se tasse pas. Il est résistant aux insectes et est imputrescible. C’est un matériau respirant, ce qui permet la régularisation de l’humidité. La laine de chanvre peut être utilisée en remplacement des laines minérales.
Sensible au feu (c’est du végétal), il peut recevoir un traitement ignifuge pour son usage dans le bâtiment.
Sous forme de panneaux ou rouleaux, le liant peut être en fibres de polyester (jusqu’à 25%) ou en laine de mouton (nécessite alors un traitement insecticide).

Conditionnement

En vrac, sous forme de :
granules non traités laine de chanvre Entre pannes
aux semi-rigides de laine de chanvre (panneaux, rouleaux).

Acheter du chanvre biologique et des aliments riches en antioxydants naturels puissants pour la vitalité du corps et de l’esprit sur Biologiquement.com, la boutique en ligne de la Société AGOJI : produits bio

1 Commentaire

Avec l’intérêt grandissant pour la protection de l’environnement, le marché de la construction verte gagne en popularité. Les bâtiments construits avec de l’acier et du ciment traditionnel consomment 5 fois plus d’énergie pour être chauffés et refroidis que des maisons construites et isolées avec du chanvre.

Les matériaux de construction naturels demandent un raffinage ou un traitement minimal, tout en réduisant les impacts environnementaux nuisibles. Les propriétaires de maisons écologiques et les sociétés de construction adoptent des méthodes de construction et des matériaux durables.

Les bâtiments verts sont construits avec des matériaux naturels, renouvelables, et disponibles localement. Les produits industriels ou synthétiques sont strictement évités. Les matériaux naturels et biodégradables réduisent le niveau de la toxicité de l’environnement intérieur des bâtiments verts. De plus, plusieurs de ces matériaux ont un rendement optimum, sont peu coûteux et faciles à utiliser avec peu de connaissances de la construction. Le chanvre est un de ces matériaux vert qui gagne en popularité auprès des architectes, des concepteurs et des constructeurs de maisons.

Pourquoi le chanvre bio gagne-t-il en popularité comme matériau de construction ?

Le chanvre, a récemment été vivement recommandé à la place du bois dû à ses propriétés écologiques. Les fibres de chanvre sont très fortes et élastiques ce qui les rend idéales dans la fabrication de toile et de tissu. Ces mêmes caractéristiques sont utilisées avec la chènevotte, qui est la tige du chanvre auquel on a retiré les fibres. La chènevotte est composée de plus de 60% de cellulose, ce qui peut réduire les déchets polluants plastiques. C’est un matériau de construction aux multiples utilisations et respectueux de l’environnement. Les constructions en chanvre sont jusqu’à 7 fois plus solides que celles faites de béton. Elles sont deux fois plus légères et trois fois plus élastiques que des structures comparables en béton. Les bâtiments en chanvre sont résistants à la rupture et à la fissuration provoquée par la tension, souvent produite dans les régions sismiques.

Le chanvre est isolant, résistant à la moisissure, ignifuge et imperméable à l’eau. Il n’a besoin que de 100 jours pour se développer par rapport au bois de construction, qui prend environ 100 ans pour atteindre le même volume. Il pousse en grande quantité sans entretien additionnel, sans engrais chimiques, contrairement au coton qui a besoin d’insecticides ou d’herbicides. Le chanvre exige beaucoup moins d’irrigation que beaucoup d’autres plantes.

Comme le chanvre est un bon isolant, les maisons en chanvre nécessitent moins d’énergie pour être chauffées que les maisons construites de manière conventionnelle. Son utilisation pendant la construction, crée moins de gaspillage comparée au bois.

Au cours des années, l’épuisement des forêts tropicales, a eu comme conséquence la destruction de nombreux écosystèmes, la mise en danger de la flore et de la faune, et augmenter la pollution. De nombreuses parcelles de forêts tropicales sont abattues régulièrement pour le bois de construction créant de ce fait une menace grave à l’équilibre écologique. Le remplacement du bois par le chanvre peut aider à réduire le déboisement, et à protéger les forêts.

Quelles sont les utilisations des matériaux de construction en chanvre bio?

Le chanvre relève de la catégorie de récolte des fibres de filasse. Le traitement de ses tiges, produit deux matériaux différents c’est à dire la chènevotte et les fibres. La chènevotte est employée pour créer différents types de produits ressemblant au bois tel que les tuiles de toiture, les panneaux muraux, les panneaux de fibres agglomérées, l’isolation, le panneautage et les briques. Les fibres sont employées à la place de la paille pendant la construction de mur de ballots de pailles ou mélangées avec de la boue pour la construction en torchis.

La chènevotte fait un bon matériau pour construire les fondations. Récemment, l’utilisation du chanvre comme produit d’isolation a augmenté en raison de ses qualités thermiques, sa capacité à absorber l’humidité, sa résistance aux attaques par la moisissure, les polluants et la poussière.

L’huile de chanvre est connue pour être une des meilleures bases naturelles disponibles pour la peinture. Les fabricants professionnels de peinture de chanvre garantissent sa longévité et sa couverture uniforme. La chènevotte couverte de bitume est séchée pour former un plancher thermiquement isolé.

Isolant naturel à base de chanvre bio

Isolant naturel à base de chanvre bio

Qu’est-ce que le béton de chanvre bio?

Le béton de chanvre est fait avec de la chènevotte, du sable, de la chaux et de l’eau. Mis en place, ce mélange a besoin d’environ une semaine pour durcir complètement. Le mélange ainsi formé est extrêmement résistant et solide comme une pierre. Un fantastique exemple pour illustrer est un pont du 6ème siècle situé en France renforcé au chanvre. Le béton de chanvre est un bon isolant, il est ignifuge, imperméable à l’eau et résistant à la putréfaction et aux rongeurs.

Le chanvre bio est-il un matériau de construction meilleur marché que le béton standard et le bois ?

Le coût réel de la construction en chanvre est estimé à 526€ par mètre carré comparé à 478€ pour la construction en béton traditionnel.

Des briques de chanvre sont employées pour les bâtiments verts. Elles sont un matériau de construction de faible coût mais incroyablement résistantes, comme le béton. Des tiges sèches de chanvre sont mélangées avec de l’eau et de la chaux pour former les briques. Les briques de chanvre sont employées à l’intérieur d’une armature en bois pour construire un bâtiment. Ces bâtiments verts restent bien isolés au cours des saisons, ce qui diminue les coûts énergétiques.

Le coût des matériaux de chanvre diminuera avec l’augmentation du nombre des bâtiments qui les utilisent et en étant cultivé partout, pour réduire les coûts de transport. Cependant pour l’instant, le chanvre reste encore plus coûteux que les matériaux de construction traditionnels.

Acheter du chanvre biologique et des aliments riches en antioxydants naturels puissants pour la vitalité du corps et de l’esprit sur Biologiquement.com, la boutique en ligne de la Société AGOJI : produits bio

Pas encore de commentaire