Boutique Biologiquement.comConstruction en chanvre bio

  Posté par chanvre       1 commentaire
[Total : 2    Moyenne : 3/5]

Le chanvre fait un retour en force dans la construction des nos maisons écologiques (habitat sain, passif, à faible impact écologique).

Histoire

La construction en chanvre a commencé en France il y a presque vingt-cinq ans. C’est un voisin de La chanvrière de l’aube, Charles Rasetti, maître-maçon et bâtisseur travaillant à ce moment pour Mon Logis, qui eut l’idée et la superbe intuition d’utiliser la chènevotte, la partie intérieure de la paille de chanvre, dans la construction.
Charles Rasetti comprit que la nature très hydrophobe de la chènevotte poserait problème avec des liant hydrauliques et il chercha à l’imperméabiliser avec une technique utilisée dans son Italie natale pour le bois : l’imprégnation avec des silicates de sodium ou de potassium. Cependant ce procédé était relativement coûteux mais surtout il ne permettait des résultats totalement fiables.
Après quelques années et chantiers de construction, un artisan du nom de Yves Kühn se lança dans la mise au point un procédé de construction à partir de la matière agricole brute, pour construire des maisons entièrement en chanvre, à un coût accessible.
Il appela son procédé Canosmose: “CAN”, pour cannabis et osmose, pour les échanges à tous les niveaux. La haute teneur en silice de la chènevotte, alliée aux capacités de cristallisation du procédé Canosmose, confère au mélange des qualités constructives globales.
À partir de 1993-1994, plusieurs chantiers furent réalisés du sud-est de la France à la Bretagne, en passant par plusieurs autres régions. Nous pouvons construire des maisons entièrement en chanvre: murs extérieurs, doublage de toiture, cloisons et dalles d’étage phonique, ainsi que la dalle de rez-de-chaussée. L’architecture de ce type de construction est vraiment d’une simplicité organique.
L’ossature bois est le squelette de l’édifice: système poteau-poutre avec bois intermédiaire pour fixer les banches, ou ossature bois à l’américaine.
Le béton de chanvre, est le muscle, la chair de l’édifice: véritable enveloppe protectrice dynamisante et respirante qui noie et enveloppe l’ossature.
Et comme pour les êtres vivants, il y a le derme et l’épiderme: les finitions qui protègent et favorisent les échanges. Les finitions peuvent être très variées et sont souvent issues de longues traditions de savoir-faire et de techniques subtils (le bois, les enduits).
En restant dans cette simplicité, les possibilités de créativité architecturale sont immenses; le matériau béton de chanvre coffré est superbe pour créer des architectures tout en courbes aux ondes de formes bénéfiques. L’ossature sert pour installer le coffrage d’une façon simple et où l’on viendra déposer le béton de chanvre par couches successives et tasser à l’aide d’un peigne étroit.
Cet art de bâtir apporte une unité constructive sans pont thermique, ni phonique, une maison tissée à la main. D’un seul acte, on crée un cocon, une coque monolithique, qui devient un véritable poumon harmonisant et régulant les variations thermiques.
On aborde ici un autre type de construction qui ne se raccorde plus au concept de l’isolation dans le sens de se couper de l’extérieur, de contenir hermétiquement de l’air à chauffer ou à refroidir. On parle plutôt de régulation thermique et hygrométrique qui est vraiment très dynamique tant pour le chaud que pour le froid.
Les qualités du béton de chanvre peuvent aussi être appréciées en rénovation pour niveler un plancher ou refaire ou finir les murs en enduit texturé de chanvre (support compatible; baguette à plâtre, béton, pierre, etc…), ou encore, en doublage de toiture ou de comble.
Le béton de chanvre se réalise par le malaxage de ses constituants. Le malaxeur est l’outil qui a été expérimenté et éprouvé à cet effet, car il permet de bien mélanger ce matériau qui est léger sans avoir à humidifier en excès. Les éléments qui s’unissent dans le mélange sont issus de longues traditions et de savoir-faire universels très répandus sur la planète.
“En partant du D.T.U. 26.1 (mai 1990), l’alliance plâtre gros (gypse pur sans adjuvant) et chaux aérienne naturelle C.A.E.B. (qu’on appelle aussi chaux hydratée), concernant les enduits traditionnels, est adaptée au besoin du chanvre (chènevotte) dans les situations voulues (…) La chaux aérienne a une action fongicide et répulsive pour les animaux et conduit le mélange à sa pétrification”.
La chènevotte est obtenue par défibrage mécanique. Au Canada, cette matière première est disponible chez nos voisins ontariens qui ont des installations pour la transformation. C’est depuis 1998 que nous pouvons de nouveau cultiver le chanvre au Canada moyennant un permis et certaines conditions de la part de Santé Canada. Au Québec, on cultive principalement le chanvre pour le chènevis (la graine), qui a des débouchés alimentaires et cosmétiques.

Isolant naturel à base de chanvre bio
Isolant naturel à base de chanvre bio

Avantage de la filière

L’utilisation du chanvre valorise et créé un pont entre l’agriculture et la construction. C’est une culture annuelle généreuse et abondante: culture non-irriguée, ne nécessitant pas d’apport chimique, d’une vitalité et d’un équilibre où n’interviennent pas les produits phytosanitaires, pesticides et insecticides.
La rapidité de son développement ne laisse pas de place aux dites mauvaises herbes. Son implantation améliore notablement les structures du sol et le nettoie. Une bonne gestion et l’utilisation de toutes les parties de la plante en font une culture dynamique écologique d’avenir: papier plus écologique, textile, médecine, alimentation, construction, etc…

Développement de la filière

Des initiatives se développent pour créer des filières courtes en vue de développer la culture et l’utilisation du Chanvre.
Lo Sanabao [1] est une action collective dans le cadre des CIVAM (Centres d’initiatives pour valoriser l’agriculture en milieu rural). l’objectif est de construire une filière locale courte de valorisation du chanvre, en particulier de produire du chanvre utilisable dans le bâtiment autour d’un cahier des charges, d’une structuration de la vente et de l’amélioration des connaissances techniques par la formation.

Association Chaux-Chanvre

Béton de chanvre

Le béton de chanvre est un mélange de bois de chanvre (chévenotte) et de liants naturels (la chaux par exemple). Il est utilisé tant pour élever des cloisons (porteuses ou non) que pour réaliser une dalle destinée à être carrelée ou revêtue de parquets en bois.

Murs porteurs

Plusieurs possibilités existent pour remplir une structure porteuse en bois avec du chaux-chanvre.
La technique du banchage est beaucoup utilisée. Il s’agit de couler un mélange de chaux-chanvre entre des pièces de bois. On peut utiliser la technique du lattis; ce sont des lattes qui retiennent le mélange. Elle est plus isolante, il y a moins de retrait donc pas de fentes d’air au contact du bois et elle est plus facile à faire qu’avec les banches à visser/dévisser.

Murs cloisons

Il existe également des blocs tout faits de chaux-chanvre, des blocs de chanvre supprimant les temps de séchage sur chantier.
Le bloc “Chanvribloc” est un élément de construction plein à isolation répartie. Son lambda est de 0,07. Il est constitué de “chènevotte” et de chaux naturelles sans adjuvant. Il est utilisé pour la construction de murs associés à une structure poteaux poutre placée à l’intérieur du bâtiment (pour une suppression totale des ponts thermiques). Il est aussi utilisé en isolation extérieur et intérieur.
Le bloc “Easy-chanvre” est un élément de construction d’isolation non porteur constitué de chènevotte et de chaux (85% de chaux aérienne et 15% de chaux hydraulique). Comme ils sont non-porteurs, c’est bien la structure en bois qui doit être porteuse. Deux cheminées verticales de 7 x 17 cm (ou 17 x 17 cm pour les blocs corniers) sont ménagées dans chaque bloc afin de recevoir les éléments d’ossature en bois.
On peut aussi préfabriquer des éléments (principalement des murs) à l’usine et les assembler en chantier. La préfabrication présente plusieurs avantages.

Dalles (sols isolants)

Ce procédé est utilisé principalement pour la réalisation de chape isolante, légère et résistante, en rez de chaussé ou pour un sous-sol avant de dresser les murs de la maison. Il doit être réalisé sur une surface délimitée par les murets (socles de la construction). Un hérisson de galets est d’abord réparti sur le sol pré nivelé, ceci afin de permettre l’aération de la dalle ainsi qu’un drainage des eaux de ruissellement (et l’installation aussi des canalisations de l’habitation), évitant ainsi les remontées d’humidité. Ce hérisson est constitué de galets de 6 à 15 cm de diamètre (les gros d’abord, puis les plus fins) sur une épaisseur de 20 cm environ (selon nature du sol); une fois installé, il est nivelé. Vient ensuite la dalle coulée en deux temps pour un bon tassement des matériaux. L’épaisseur totale conseillé de la dalle est de 15 cm. Le mélange de la chaux et de la “chènevotte” se fait dans un malaxeur (plus pratique et moins bruyant qu’une bétonnière). Pour les dosages pour couvrir 2,8m2 sur 7,5 cm d’épaisseur compter : 100 litres de chènevotte, 20 litres d’eau, 30 litre de sable de pierre ponce, 20 litres de chaux aérienne. Le sable de pierre ponce amplifie la carbonatation (réaction chimique de la chaux) et donc fortifie la structure. Comptez environ 200 euros pour 10 tonnes de galets couvrant 50 m2 avec les drains agricoles. Pour la même surface ajoutez 1460 euros de dalle chaux:chanvre. La première passe est réalisée par morceau de 1 m x 1 m puis tassée à coup de dameuse et laissée séchée durant 48 heures. La seconde passe est mise à niveau à l’aide de lampourdes et d’une dameuse plus petite. L’ensemble sèche en trois semaines environ entre 15 et 20°C.

Enduit au chanvre

Cette section est vide ou n’est pas assez détaillée, votre aide est la bienvenue !
Association d’un liant (terre, chaux aérienne [on y adjoint parfois de la chaux faiblement hydraulique],…) d’eau et de chanvre. Apprécié pour sa capacité d’isolation thermique. Il existe différents types de finition. On peut pigmenter dans la masse ou juste dans la couche de finition s’il y en a une.

Autres utilisations du chanvre en construction

Isolation phonique et thermique

Caractéristiques

C’est un bon isolant thermique et phonique (conductivité thermique variant de 0.039 à 0.048 W/(m.K) suivant le produit. Le chanvre est stable dans le temps, il ne se tasse pas. Il est résistant aux insectes et est imputrescible. C’est un matériau respirant, ce qui permet la régularisation de l’humidité. La laine de chanvre peut être utilisée en remplacement des laines minérales.
Sensible au feu (c’est du végétal), il peut recevoir un traitement ignifuge pour son usage dans le bâtiment.
Sous forme de panneaux ou rouleaux, le liant peut être en fibres de polyester (jusqu’à 25%) ou en laine de mouton (nécessite alors un traitement insecticide).

Conditionnement

En vrac, sous forme de :
granules non traités laine de chanvre Entre pannes
aux semi-rigides de laine de chanvre (panneaux, rouleaux).

Acheter du chanvre biologique et des aliments riches en antioxydants naturels puissants pour la vitalité du corps et de l’esprit sur Biologiquement.com, la boutique en ligne de la Société AGOJI : produits bio

Une réponse sur “Construction en chanvre bio”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *