Boutique Biologiquement.comLa renaissance du chanvre Américain approcherait-elle?

  Posté par chanvre       Laisser un commentaire
[Total : 3    Moyenne : 3/5]

Le Kentucky fut le premier producteur de chanvre en Amérique au début du 19e siècle. Désormais, 200 ans plus tard, après une élection historique sur la politique des drogues qui a conduit à une réforme de la politique de la marijuana aux Etats-Unis, les législateurs du Kentucky prennent des mesures pour relancer la culture.

La première culture de chanvre répertoriée au Kentucky date de 1775
La première culture de chanvre répertoriée au Kentucky date de 1775

Alors que les partisans de la légalisation du chanvre affirment que la plante pourrait apporter une richesse d’emplois “verts” dans le Kentucky, la stigmatisation profonde des drogues et les conflit avec les lois fédérales rendent le passage de la législation peu probable. Néanmoins, deux projets de loi d’état sont en cours, tandis qu’un projet fédéral vise à ouvrir la voie à la légalisation pour les États. Les législateurs suggèrent que les projets de loi pourraient au moins ouvrir le débat sur le chanvre, et dissiper les fausses idées reçues au sujet de son utilisation.

Étant donné que de plus en plus de chanvre est importé du Canada, le rendre légal aux États-Unis pourraient faire économiser de l’argent et créer des emplois “verts” aux américains. Mis à part le soja, aucune autre plante n’a montré un tel potentiel de créer autant de produits différents – du savon de chanvre au papier en passant par l’huile de cuisine. Le chanvre nécessite rarement de pesticides, il peut être cultivé dans les mêmes champs pendant plusieurs années consécutives, et il produit des biocarburants ainsi que des matières plastiques biodégradables. Léger et compact, le béton de chanvre (mélange de chènevotte et de chaux) un matériau de construction qui est connu pour être un isolant efficace ne laissant derrière lui qu’une empreinte carbone minimale.

Le coup d’envoi de l’appel à la production de chanvre dans le Kentucky est le représentant démocratique Terry Mills, qui a pré-déposé un projet de loi du chanvre industriel qui permettrait de cultiver du chanvre contenant 0,3% de THC, une teneur qui est au moins une fois et demie moindre que dans la marijuana typiques et ne fait pas planer. (La marijuana en Anglais est désormais considéré comme une plante qui a des propriétés psychoactives –surtout contenu dans les fleurs, des feuilles et la résine de la plante-, tandis que les variétés ne possédant aucune propriété psychoactives –ainsi que tout produit industriel issue de cette culture – sont appelés chanvre. En botanique, un seul nom regroupe toute cette famille, le Cannabis Sativa L. )

Un projet de loi fédéral de culture du chanvre est en effet en œuvre, mais les chances de passage dans un avenir proche sont minces à aucun. La loi de 2012 sur l’agriculture du chanvre a été introduit par les sénateurs Ron Wyden (D-OR), Rand Paul (R-KY), Jeff Merkley (D-OR), et Bernie Sanders (I-VT) cet été. Il modifie les Controlled Substances Act (Loi des Substances Contrôlés) pour permettre la culture de chanvre de faible teneur en THC et du chanvre industriel exemptés de la législation sur la marijuana.

«Je n’y suis pas opposé », a déclaré le représentant de l’état Jim DeCesare (R). « C’est une culture alternative intéressante pour la communauté agricole. » Cependant, DeCesare reconnaît que beaucoup de gens sont désorientés par les différences entre le chanvre agricole et le cannabis que certaines personnes fument.

“Ce ne sont pas les mêmes”, at-il dit. “Il va falloir un effort d’éducation» pour que le projet de loi soit accepté devant la maison de l’État. S’ils peuvent y arriver, ce qui est peu probable, les avantages seraient considérables. Comme Rand Paul a écrit récemment, “Les emplois [du Chanvre] seront prêt à prendre, et je veux que les agriculteurs du Kentucky soient les premiers en ligne.”

Boutique Biologiquement.comÀ propos du chanvre bio

  Posté par chanvre       Laisser un commentaire
[Total : 32    Moyenne : 2.5/5]

Le chanvre biologique peut avoir un impact positif important dans le monde. Vu la prépondérance de méthodes de production et de produits néfastes pour l’environnement, le chanvre représente une solution de rechange écologique renouvelable et sans danger pour l’environnement.

Fibre de chanvre bio

Depuis 1937, près de la moitié des forêts de la Terre ont été coupées pour fabriquer du papier. Si le chanvre bio n’avait pas été interdit par la loi à ce moment, la plupart des plants seraient toujours en place et oxygéneraient la planète. Les plants de chanvre bio produisent quatre fois plus de fibre de papier par acre chaque année que les arbres – même les peupliers – et ils peuvent être replantés l’année suivante. Avant 1883, plus de 75 % de la production du papier était à base de chanvre, la majeure partie étant recyclée à partir des voiles et des cordages de chanvre des navires. Avec l’apparition des nouvelles technologies de traitement, cette situation pourrait se reproduire et d’une façon moins polluante que le traitement de la fibre de bois. Il a été démontré que le papier à base de chanvre est plus durable et plus souvent recyclable que la plupart des papiers à base de bois et il ne requiert pas de chlore pour le blanchiment.

Culture du chanvre bio

Traditionnellement, les agriculteurs cultivaient le chanvre bio pour sa fibre, afin de fabriquer des cordes et des tissus, car il produit les fibres naturelles les plus solides. Ils cultivaient aussi le chanvre bio pour ses graines, afin de nourrir les humains et les bêtes, et pour les broyer afin de produire des huiles comestibles, des huiles à lampe et des huiles à polir. La capacité d’adaptation économique de la ferme familiale a commencé à diminuer tout juste après l’interdiction aux agriculteurs de cultiver du chanvre bio.

Depuis 1998, la culture du chanvre bio est redevenue légale au Canada. Le chanvre bio est une culture qui convient bien au cycle de rotation des cultures. Il n’a habituellement pas besoin de pesticides, ni d’herbicides et lorsqu’on le cultive pour sa fibre, les plants sont semés les uns tout près des autres, éliminant ainsi les mauvaises herbes en les dominant, ce qui en fait une bonne culture pour la transition à la certification « biologique ». Il résiste à la sécheresse et ses longues racines pénètrent le sol et l’aèrent, ce qui prévient l’érosion.

Graines et feuille de chanvre bio
Graines et feuille de chanvre bio

Les bienfaits du chanvre pour la santé

Une étude intéressante menée dernièrement par l’Université de Kuopio, en Finlande, a comparé la valeur nutritive et d’autres bienfaits sur la santé de l’huile de chanvre bio et de l’huile de lin. Elle démontre que « l’huile de chanvre bio augmente de façon nette le niveau d’AGL (acide gamma-linoléique) sanguin » – alors que l’huile de lin diminue en fait le niveau d’AGL sanguin. (Pour de plus amples renseignements sur l’AGL, voir Nutrition et pour de plus amples renseignements sur l’étude, voir le site Web de l’Ontario Hemp Alliance.)

Les graines de chanvre bio regorgent d’acides gras essentiels (AGE). Les AGE, qui manquent dans la plupart des régimes alimentaires nord-américains, peuvent éliminer le cholestérol des artères, ralentir les symptômes de la sclérose en plaques, améliorer le système immunitaire et les fonctions hormonales, et nourrir les cellules cérébrales. Une déficience en AGE peut d’ailleurs se manifester par l’arthrite, le syndrome prémenstruel, l’ostéoporose, la dépression, etc. Les études récentes démontrent que les graines de chanvre bio peuvent aussi aider à certains types de diabète.

La culture de chanvre produit, par acre, des protéines complètes plus faciles à digérer que toute autre culture. Les fèves de soya doivent être cuites pour être comestibles, alors que les éléments nutritifs du chanvre sont accessibles crus ou légèrement cuits. On les mange d’ailleurs depuis des milliers d’années.

Les graines de chanvre bio transformées en « lait », dans le cadre d’un régime alimentaire bon pour le foie, se sont avérées efficaces contre la tuberculose. À cet effet, il a été démontré que la protéine édestine du chanvre en est l’élément actif.

À cause de sa concentration élevée d’AGE, l’huile de chanvre bio utilisée dans la composition de cosmétiques peut aider dans le traitement de plusieurs problèmes cutanés, y compris l’eczéma, le psoriasis, la névrodermite et la sécheresse de la peau. Nous avons constaté que le beurre corporel à base de chanvre bio soulage les mains après une journée de jardinage ou une corvée de vaisselle et qu’il convient parfaitement pour les massages.

Plus de 25 000 usages possibles

L’huile de chanvre bio est également utilisée dans la composition de savons et de produits de nettoyage biodégradables, soulageant l’environnement du fardeau des détergents à base de produits chimiques. Elle peut aussi servir de base pour des peintures et des vernis, à cause de la qualité de son séchage.

En 1937, la revue Popular Science a recensé plus de 25 000 utilisations possibles du plant de chanvre. La technologie moderne a même augmenté ce nombre, depuis la production d’aliments très riches en éléments nutritifs jusqu’aux produits isolants en passant par le PVC. Le défi actuel consiste à développer une technologie pour rattraper la capacité des agriculteurs de cultiver des aliments. En dormance depuis 60 ans, l’industrie du chanvre ne fait que commencer à étudier de façon créative de meilleurs moyens de récolter et de traiter cette culture. Une innovation récente a été de décortiquer la graine pour révéler la noix tendre. Plusieurs autres nouvelles utilisations culinaires de la graine et du noyau ont été commercialisées depuis que le Canada a levé l’interdiction légale de cultiver le chanvre.

Le chanvre bio, l’environnement et l’avenir

Le chanvre bio peut aider le ralentissement des changements climatiques et la réduction des pluies acides (si l’éthanol et le carburant biodiesel à base de chanvre étaient adoptés). Le chanvre bio peut jouer un rôle dans la dimunition de produits chimiques (près de 50 % de tous les pesticides et herbicides aux États-Unis sont utilisés pour la culture du coton, comparativement au tissu de fibre de chanvre plus durable, qui ne requiert habituellement rien de tout cela). Le chanvre bio sert à fabriquer du papier (il produit quatre fois plus de papier par acre par année que les arbres, sans devoir utiliser d’agent de blanchiment à base de dioxines). En plantant et en exploitant ses propres cultures, le Canada réduirait les importations de cultures. Les carburants à base de chanvre produits dans les pays consommateurs peuvent également réduire les probabilités de guerres du pétrole.

Le chanvre bio jouera un rôle important dans notre avenir. Le chanvre est en mesure de favoriser l’économie de l’agriculture, d’améliorer notre santé et l’environnement et il peut faire partie d’une solution holistique.

Boutique Biologiquement.comLes propriétés écologiques du chanvre bio

  Posté par chanvre       1 commentaire
[Total : 2    Moyenne : 3/5]

Le chanvre n’est pas un phénomène de mode. Il fut utilisée pendant des millénaires pour ses qualités et devient une plante indispensable pour le développement durable grâce à ses bénéfices écologiques. Voici les différentes propriétés écologiques du chanvre.

La culture du chanvre est totalement écologique

Une plante naturelle

La culture du chanvre est écologique. Elle ne nécessite pas d’additifs naturels ou chimiques pour aider à la croissance de la plante. Le chanvre se défend par lui-même des différentes agressions extérieures comme les insectes et les moisissures. Les producteurs n’ont besoin d’utiliser ni engrais, ni insecticides, ni pesticides, ni fongicides pour protéger la récolte. Le résultat est simple. La culture du chanvre est saine. Tous les composants de la plante, dont les graines et les fibres, sont sains, naturels et écologiques.

Plants de chanvre bio
Plants de chanvre bio

Le chanvre entretien les sols

Cultiver du chanvre dans un champ est une excellente technique pour entretenir les sols et les préparer à de futures cultures. Il arrive à maturité rapidement, en 100 jours, ce qui laisse la possibilité aux agriculteurs de réutiliser le champ.

La culture du chanvre est aussi considérée par certains agriculteurs avoir plus de bénéfices pour les sols que de laisser la parcelle en jachère. En effet, le réseau de racines du chanvre et sa capacité d’absorption de l’eau empêchent les mauvaises herbes de se répandre. De plus, les feuilles du chanvre qui tombent, sont un excellent engrais naturel pour le sol.

Le chanvre absorbe du gaz carbonique

La planète fait face à des excès de dégagement de CO2 dans l’atmosphère. Les forêts jouent un rôle important dans la capture de ce CO2. Malheureusement les forêts sont en diminution dues aux déforestations massives. Le chanvre se pose en solution idéale pour aider à réduire les problèmes de gaz carboniques car il capte énormément de CO2. Selon des analyses récentes, un hectare de chanvre absorberait plus de CO2 qu’un hectare de forêt.

Pousse à toutes les latitudes

Le chanvre à la capacité de pousser dans toutes les régions tempérées du globe. Sa taille peut varier de 1,50m à plus de 6m, selon l’espèce et sa région. Cette facilité à être cultivé partout favorise à réduire les distances de transport pour relier le producteur du consommateur. Moins de transport conduit à moins de pollution.

La transformation du chanvre : un procédé industriel naturel

Les textiles en chanvre sont fabriqués avec les fibres du chanvre. La plante est naturellement écologique et passe par une transformation industrielle pour séparer les fibres du reste de la tige. Ce procédé de transformation s’appelle le rouissage. Il y a trois différents procédés de rouissage. Ils dépendent de l’utilisation future des fibres, soit pour faire du papier, des matériaux de construction ou du textile. Les procédés pour le papier et la construction sont mécaniques. Le procédé pour le textile est enzymatique.

Le procédé de transformation enzymatique

Les fibres de chanvre sont utilisées dans le textile pour leurs propriétés naturelles et écologiques. Il est donc nécessaire que les fibres qui sortent du rouissage le soient encore. Les techniques de rouissage enzymatique qui laissent les fibres saines et naturelles existent et sont utilisées depuis plusieurs années.

La tige du chanvre contient la chènevotte (intérieur de la tige), les fibres et des éléments qui lient l’ensemble. Comme les fibres sont soudées entre elles et au reste de la plante par des éléments insolubles, il est nécessaire d’éliminer ces éléments insolubles pour ne garder que la fibre. Là interviennent pendant le rouissage des enzymes qui détruisent par fermentation ces matières liantes.

L’industrie du chanvre produit des fibres de plus en plus saines et résistantes

Les enzymes sont très régulièrement employées par les industriels, certaines sont saines et naturelles, d’autres beaucoup moins. Concernant celles utilisées par l’industrie du chanvre, grâce aux recherches effectuées et aux avancées technologiques, il existe désormais des enzymes écologiques qui nettoient la fibre, ne l’endommage pas et la renforce. Les travaux du Dr Sung en 2004 au Canada ont grandement fait avancer les découvertes. Depuis, les recherches ont encore progressé pour donner des résultats encore plus naturels tout en conservant toute la résistance des fibres.

Il n’existe pas encore aujourd’hui de procédé enzymatique parfait. Les techniques se perfectionnent, mais aucune ne rend des fibres totalement libérées des éléments qui les soudent au reste de la tige. Les substances qui entourent la fibre sont naturelles et non toxiques mais ont besoin d’être éliminer pour rendre la fibre encore plus douce. Les recherches continuent pour trouver des enzymes qui purifient parfaitement les fibres, sans les endommager, tout en restant écologique.

Acheter du chanvre biologique et des aliments riches en antioxydants naturels puissants pour la vitalité du corps et de l’esprit sur Biologiquement.com, la boutique en ligne de la Société AGOJI : produits bio

Boutique Biologiquement.comChanvre bio (cannabis sativa L.) – Culture et techniques de culture

  Posté par chanvre       Laisser un commentaire
[Total : 4    Moyenne : 2.5/5]

Généralités et botanique

Le chanvre fait partie de la famille des cannabinacées. Il produit une fibre longue et solide avec une assez bonne tolérance à l’humidité. L’agronomie européenne privilégie la production de fibres. Mais les graines de chanvre aussi sont utilisées pour la production d’huile, avec un rendement de 30 à 35%, elles produisent une huile riche en acide linolénique et linoléique, qui est utilisée principalement pour la fabrication de savon ou de vernis. Son utilisation comme huile alimentaire est limitée par son temps de conservation relativement court et par son prix, situé entre celui de l’huile d’olive et celui de l’huile de sésame.

L’extraction de haschich – résine secrétée surtout dans les folioles des fleurs femelles – est pratiquée en Inde depuis environ l’an 1000 av J-C. En Europe, on produisait surtout des fibres et des graines de chanvre. C’est seulement au 18e siècle que l’usage des fleurs femelles comme drogue a été découvert. Les variétés actuelles de chanvre utilisées pour leurs fibres ne produisent toutefois presque pas de résine.

Le chanvre est une plante non persistante. Une plantation de chanvre est composée de pieds femelles et de pieds mâles. On cherche à développer de nouvelles espèces dont les fleurs mâles et femelles sont réunies sur le même pied. La plante à une tige droite, qui peut atteindre, suivant les variétés, de 1 à 4 m de hauteur. La tige est recouverte d’un duvet rêche.

La plante pousse différemment suivant le type de culture, avec un nombre de branches plus ou moins important suivant l’usage recherché. La partie utile de la plante se trouve dans les longues tiges, c’est la filasse dont on tire la fibre.

Il n’existe qu’une seule espèce de Cannabis ; mais diverses formes sauvages poussent partout sur la planète, étant donné le fort potentiel d’adaptation de l’espèce. Le chanvre est arrivé autour de la Méditerranée par l’Asie Centrale – probablement par la Chine vers 2000 av J-C., puis en Asie de l’Est. Avant de se répandre dans les régions fraîches et humides d’Europe.

Les espèces du sud, hautes et tardives, ont entre 140 et 160 jours de végétation. Les espèces du nord, courte et précoces, ont entre 60 et 90 jours de végétation, par exemple, les variétés Ferimon 12, Fedora 19, Felina 34, Fedrina 74, Fibrimon 24 ou 56 etc. Selon la dénomination française, plus le nombre situé après le nom de la variété est élevé, plus le temps de maturation est long. Les feuilles de chanvre ont la forme d’une main, et possèdent 5 à 11 folioles. Les inflorescences mâles se trouvent au bout de la tige. Les fleurs femelles sont sans tige et se trouvent à la croisée des feuilles. La graine a environ la taille d’un grain de blé. Elle a un poids, par millier de graines, de 15 à 20 gr. Le contenu tendre de la graine est enveloppé dans une cosse dure de couleur gris-brun. Les graines contiennent environs 30% de graisses et près de 20% de protéines. Les variétés utilisées jusqu’à maintenant se reproduisent principalement par pollinisation externe. Le chanvre fabrique une racine résistante qui descend profondément dans un terrain minéral et aère le sol. Dans un sol meuble, les racines se développent en rayon avec beaucoup de radicules. Les plants mâles, qui libèrent leur pollen, sont toujours matures avant les plants femelles.

Besoins de la plante

Une plantation de chanvre a besoin de beaucoup de sels minéraux et d’humidité du sol. Cette demande intervient surtout lors de la forte poussée entre la 4e et la 10e semaine de végétation. Le chanvre peut être cultivé dans des climats et des sols moins favorables, à l’exception des sols trop pauvres ou des endroits froids et humides. La valeur pH des sols doit être neutre ou légèrement basique. La température minimale pour la germination doit se situer entre 4 et 5 °C. Une plantation précoce ou dans une région froide est déconseillée. Il existe de nouvelles variétés ayant des périodes de végétation plus courtes, ce qui rend possible la culture sous des climats froids et humides durant la période plus chaude.

Les cultures précédant le chanvre devraient être céréalières, puis légumineuses, puis plantes sarclées et finalement du foin ou des herbes. Il faut particulièrement tenir compte de la préparation du sol et de l’aération du sous-sol par le chanvre pour la rotation des cultures et l’ajout d’engrais.

Engrais

Pour ajouter des engrais, il faut commencer par contrôler la quantité de N du sol, Un dosage équilibré de 100 kg N, 80 kg P2O5 et 140 kg K2O pour la production de graines et 80 kg N, 80 kg P2O5 et 120 kg K2O pour la production de fibres est conseillé. L’épandage d’engrais est à faire impérativement avant les semailles. Le chanvre accepte bien les engrais de germination, de même que les aditifs comme le fumier ou le compost bien décomposé. Il est conseillé d’épandre les engrais en automne plutôt qu’au printemps.

Culture

Un labourage profond est très important en automne. En raison des semailles tardives, le champ peut être désherbé à plusieurs reprises et peut être préparé comme pour le colza. La semence doit être plantée entre 2 et 4 cm de profondeur et un peu plus profondément dans un sol meuble. Le chanvre peut être semé dès avril jusqu’à mi-mai, et même plus tard pour les variétés les plus précoces. L’espacement des graines et des rangs dans le sol est variable selon la littérature consultée. L’espacement optimal dépend de la variété de chanvre semée dt des différences de poids par millier de graines, de la rapidité de la croissance, et du besoin d’espace de la plante. En agriculture biologique, on peut planter de 8 à 15 kg de graines par ha pour produire de la graine avec un écartement de 40 cm entre les rangs (travail possible). Pour produire de l’huile, avec les variétés courtes et à forte croissance, on peut recommander plus de 13 kg par ha. Dans l’agriculture traditionnelle, la quantité de semences varie de 12 à 20 kg par ha dans des rangs espacés d’environ 22 cm. Avec une culture dont les plantes sont pincées entre 50 et 70 cm pour obtenir un meilleur rendement de graines et en tiges, il faut compter 12 kg de graines par ha. Une forte densité de semences, soit plus de 40 kg par ha, est nécessaire pour les variétés à fibres longues. Il y a auto-régulation de la quantité de plantes avec une densité supérieure à 40 kg par ha. Dans les variétés à fibres courtes, la quantité de semences peut être plus imporatante.

Maladies et protection des plantes

La culture du chanvre ne présente pas de problème spécifique de désherbage. Elle offre une forte concurrence avec les mauvaises herbes. Pour la culture destinée à la production d’huile de chanvre, il est possible que les mauvaises herbes les plus hautes (comme le millet, le chardon…) puissent se développer si les rangs ne sont pas assez serrés. Avant la germination, des additifs comme la Pendimethalin, le Linuron ou le Metobromuron peuvent être ajoutés, par ex. 1,5 à 2 kg de Patoran, 2,5 l de Stomp SC, 1,5 kg d’Afalon S (indication sans garantie). Contre le millet, le foin, chiendent, etc., on peut utiliser la plupart des désherbants courants. Un traitement contre les parasites et maladies (virales et moisissures) n’est pas nécessaire puisque nous ne pratiquons pas de culture intensive où de telles agressions seraient possibles, quoi qu’on remarque que le Botrytis et le Fusarium se développent sur certaines variétés.

Des chenilles et des escargots peuvent aussi attaquer le chanvre dans ses premiers stades. On recense aussi des attaques par le charbon du mais. Une lutte intensive doit être menée dans ce cas, avec tous les moyens possibles utilisés pour d’autres cultures.

Chanvre bio (cannabis sativa L.)
Chanvre bio (cannabis sativa L.)

Récolte

Le moment de la récolte se situe entre 2 et 3 semaines après la floraison. Pour un gain de fibres, on utilisera une machine spéciale. Il est conseillé de s’organiser en coopérative pour récolter les fibres. La fibre de chanvre, c’est à dire la filasse, peut aussi après avoir été raccourcie à 50 ou 70 cm être traitée avec un dispositif pour fibres de lin (facilement adaptable). Les producteurs doivent se concerter sur la forme donnée à la récolte (bottes, balles…). Le rendement de la récolte de fibres est donné par rapport à la surface utilisée. La récolte peut atteindre de 2 à plus de 5 t de filasse par ha.

Les graines destinées aux oiseau ou à la production d’huile doivent être récoltées avant maturité (à cause des risques de moisissure). Les graines sont à maturité lorsqu’elles commencent à tomber lorsqu’on secoue la plante. Les graines peuvent être récoltées à la moissonneuse-batteuse. Une adaptation spécifique de la moissonneuse-batteuse est nécessaire pour les variétés hautes. Il est reconnu que les plantes pincées sont moins productives en graines, mais elles rendent la récolte à la moissonneuse-batteuse plus facile. Le battage peut être effectué avec une batteuse sans transformations importantes. Les batteuses axiales sont préférables aux batteuses à tambour pour des plantes non pincées. Pour la production d’huile, la quantité de graines produites par m² est importante. En 1995 et 96, on obtenait entre 800 et 1300 kg de graines par ha, et chaque année apporte des variétés plus performantes et des progrès techniques. Certaines variétés de semences, en France ou en Belgique, produisent jusqu’à plus de 2700 kg de graines par ha.

Stockage et transformation

Après récolte, les graines doivent être triées et séchées jusqu’à moins de 10% d’humidité résiduelle. Une température de séchage inférieure à 50 °C est conseillée. Les semences destinées à l’alimentation – particulièrement pour l’huile pressée à froid – doivent être absolument sans pesticides ni moisissures. Le stockage et l’emballage se font dans des sacs de jute ou en papier. L’huile de chanvre contient environs 2% d’acide gamma-linolénique et de 70 ä 80% d’acides gras essentiels. L’utilisation de l’huile de chanvre dans l’alimentation et les préparations industrielles se développe. L’huile de chanvre est principalement utilisée comme huile pour l’assaisonnement. Les graines de chanvre sont depuis peu également utilisées pour le pain au chanvre, avec une proportion maximum de 15% dans la pâte à pain.

Variétés

Les variétés suivantes sont dans la liste UE des variétés de chanvre autorisées (1995), au taux de THC inférieur à 0,3% : Carmagnola, CS, Delta Llosa, Delta 405, Fedora 19, Fedrina 74, Felina 34, Ferimon, Fibranova, Fibrimon 24, Fibrimon 56, Futura, ainsi que les variétés Kompolti, Bialobreske, USO 11, USO 13, YUSO 14, YUSO. Les variétés Secueni 1, Kompolti Hybrid TC, Uniko B, et Beniko ont des taux de THC inférieur à 0.8% (selon de Meijer, 1995).

Acheter du chanvre biologique et des aliments riches en antioxydants naturels puissants pour la vitalité du corps et de l’esprit sur Biologiquement.com, la boutique en ligne de la Société AGOJI : produits bio

Boutique Biologiquement.comLe chanvre bio : culture écologique et durable

  Posté par chanvre       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Origines et utilisation du chanvre bio

Le Chanvre est une très ancienne culture française, antérieure au Moyen Age. Chaque ferme possédait sa chènevière, située sur les meilleures terres qui bénéficiaient d’une partie des engrais organiques, pour les besoins personnels des exploitants. Tout était utilisé dans cette plante, cultivée dans toutes les régions : la graine (chènevis)pressée donnait de l’huile pour l’éclairage, la fabrication de glu, de savon et plus tard de peinture (son utilisation alimentaire a toujours été très localisée) ; le tourteau résiduel servait à l’alimentation animale ; la tige, défibrée, produisait de la filasse permettant la fabrication de ficelles et cordages ou, après filage et tissage, la confection de toiles plus ou moins fines ; la marine à voile et les armées furent les plus importantes consommatrices du chanvre (cordes, élingues, voiles, sacs, tentes, vêtements, colmatage des coques, filets de pêche, sellerie, etc…). La chènevotte, cellulose à pouvoir calorifique, située à l’intérieur de la tige, servait à aviver le feu de l’âtre des domiciles ou des ateliers ; elle permit la fabrication d’allumettes soufrées.”
extrait de : “Le Chanvre en France” – Auteur : Henri Alain Ségalen – Editions du Rouergue

Le chanvre bio : culture écologique et durable
Le chanvre bio : culture écologique et durable

Le chanvre est une culture annuelle cultivée en Europe depuis l’arrivée des Celtes. Il se sème entre mars et avril pour une récolte entre septembre et octobre. Il suffit d’un semoir à blé pour le semis, dans une terre profonde (semi 50 – 55 kg/ha). Contrairement à ce que l’on peut entendre la plante a besoin d’un minimum d’eau pour ses phases de croissance (juin) et de floraison (Août). La racine fasciculée plonge jusqu’à 2 m de profondeur pour chercher ses nutriments. Les hauteurs de plantes sont variables en fonction des variétés ; elles peuvent atteindre 3 m… Le chanvre industriel est aussi une culture très règlementée, et l’Europe ne permet la culture d’une trentaine de variétés, toutes homologuées au catalogue européen, avec un taux de THC < 0.2 %. En règle générale, l’agriculteur passe un contrat de culture avec un transformateur agréé, qui lui achètera les produits de récolte.
Avec un cycle court de 100 jours, cette culture reste très intéressante pour les agriculteurs car paille et graines (chènevis) sont valorisables.
La plus grande contrainte vient de la récolte… Le fauchage ou le moissonnage sont mécanisés, mais si les fibres très solides du chanvre se prennent dans les roulements des machines, la casse peut être sérieuse… Aujourd’hui les machines sont plus adaptées, mais surtout dans les grandes zones de productions. Une fois fauchée la paille est séchée sur champs avant d’être conditionnée en balles ou en bottes.
La plante sèche contient deux parties :
L’ÉCORCE qui contient la fibre et qui nous sert à fabriquer la laine de chanvre. Cette partie représente 30 à 35% du volume de la paille.
L’INTÉRIEUR DE LA TIGE est le bois de la plante que l’on appelle la chènevotte. Cette partie représente 65 à 70% du volume de la paille.

Les intérêts de la culture

– une culture à cycle court
– pas de traitement en cours de culture
– supprime seul les adventices
– des produits de récolte valorisables (fibres, chènevotte, graines)
– une excellente tête d’assolement
– amélioration des sols en rotation de culture
– moyenne de rendement à l’hectare de : 7 à 8T en paille – 500kg à 1.5T de graines
– une multitudes d’applications pour l’avenir

Acheter du chanvre biologique et des aliments riches en antioxydants naturels puissants pour la vitalité du corps et de l’esprit sur Biologiquement.com, la boutique en ligne de la Société AGOJI : produits bio